Les essentiels d'un voyage à vélo

Tu ne fais pas de vélo de compétition depuis ta tendre enfance? Tu n’es pas fan du tout-en-lycra? Tu frémis d’horreur à l’idée de pédaler 500 km? Pas de panique. Tu peux encore t’élancer sur les routes du pays et vivre le plus beau voyage de ta vie, parce que le vélo est le plus beau moyen de découvrir un territoire. J’ai fait quelques voyages sur deux roues à travers le Québec ; voici quelques conseils informels que j’aurais bien aimé recevoir!

Parlons planification

Traveling by bike1

Il existe des itinéraires cyclables fabuleux partout au pays (clique ici pour t’inspirer, ou consulte les liens à la fin de l’article), mais avant même de partir, pense à revenir. Mieux vaut terminer près d’une gare d’autocars ou une gare VIA Rail, faire une boucle ou encore avoir de très très bons amis qui viendront te chercher en voiture. Tu garderas un souvenir amer de ton voyage si tu réalises qu’au bout du chemin, tu doives refaire le même trajet à l’envers.

La nature a beau être infinie, tu ne peux pas planter ta tente partout, et les campings sont rarement à l’endroit où tu voudrais arrêter de pédaler. Voyager au petit bonheur la chance comporte son lot d’avantages, mais en vélo, ça peut vouloir dire dormir à la belle étoile…en rêvant à la prochaine auberge et à ses lits douillets!

Même histoire pour la nourriture. Le territoire est vaste, les villages sont petits et pédaler creuse l’appétit. Il n’est pas rare que l’épicerie, le restaurant ou le dépanneur le plus proche soit à 25 km du lieu où tu as planté ta tente. Mieux vaut le savoir d’avance que de t’improviser mycologue d’un jour.

Bagages : le niveau supérieur

Traveling by bike2

Un sac à dos trop lourd peut se trainer de peine et de misère d’une gare à une auberge. En vélo? Ne songe même pas à porter quoi que ce soit sur ton dos à moins de vouloir souffrir atrocement. Tout devra rentrer dans des sacoches et tes talents « d’empaqueteur » seront poussés à leur limite ultime, puisque voyager à vélo implique beaucoup plus de matériel qu’un voyage conventionnel. Voici quelques essentiels : une tente, un sac de couchage, quelque chose qui sert de matelas de sol, des vêtements chauds et moins chauds, un brûleur, une gamelle, des ustensiles de cuisine de base (n’oublie pas l’OUVRE-BOÎTE), un briquet ou plus, de l’allume-feu (sans quoi l’orgueil peut manger un sale coup), quelques outils, une pompe, du matériel pour réparer les crevaisons (ça t’arriveras, il faut simplement l’accepter), un livre de lecture, un carnet, etc…tout en laissant suffisamment d’espace libre pour transporter une petite épicerie (voir paragraphe précédent.)

Étrangement, tout ça peut rentrer dans quatre sacoches de vélo. Il suffit de quelques essais et de plusieurs phases d’écrémage avant d’y arriver!

S’entraîner ou ne pas s’entraîner?

Traveling by bike3

Avant mon tout premier voyage sur deux roues (autour du lac Saint-Jean) j’ai « suivi » un entrainement peu conventionnel mais drôlement efficace : je me suis déplacé en Bixi tout l’été. Les vélos sont lourds, et leurs trois vitesses se résument toutes à rouler en première. Il faut en pédaler pour avancer de quelques mètres! Toujours est-il qu’au moment où j’ai enfourché un véritable vélo de route, je ne me suis jamais senti aussi léger et rapide.

Est-ce qu’un entraînement rigoureux est nécessaire? Je crois qu’il faut d’abord un bon vélo, être capable de garder le cap pendant de longues heures sans forcément faire la course, et surtout, connaître ses limites et rouler à son rythme. De toute façon, ton pire ennemi ne sera pas les montées, mais le vent. Et quand il décide de souffler contre toi, ça devient une affaire personnelle, peu importe ton niveau d’expérience.

Sinon, traîne toujours de l’eau en abondance et enduis-toi d’une épaisse couche de crème solaire chaque matin. Le rang Saint-Machin, aussi pittoresque soit-il, n’est pas le lieu adéquat pour une insolation. Et pour que ton voyage soit aussi des vacances, prends l’habitude de partir tôt, très tôt : en milieu d’après-midi, tu auras les pieds dans l’eau et une bière fraîche à la main. C’est une habitude plutôt facile à prendre quand ta tente se transforme en sauna dès 6 heures du matin !

P.S. Tu n’aimes peut-être pas le tout-en-lycra, mais tu regretteras amèrement de ne pas avoir de cuissard.

 

Liens utiles

La Route verte qui parcourt toutes les régions du Québec
Le Waterfront Trail, qui longe les grands lacs en Ontario jusqu’à la frontière québécoise
Le Sentier de la confédération, qui parcourt l’Île-du-Prince-Édouard d’un bout à l’autre, en partie sur un ancien chemin de fer
Sentiers NB pour découvrir le Nouveau-Brunswick
Cycle Nova Scotia pour tous les itinéraires en Nouvelle-Écosse
Trails BC, le segment du sentier transcanadien en Colombie-Britannique
Hiking Glacier pour les itinéraires du Parc national Glacier, en Alberta

Crédits Photo: En-tête (photo1, photo2), Bloc 1 (photo1, photo2) , Bloc 2 (photo1, photo2), Bloc 3 (photo1, photo2)

Blogueur : Samuël

Bio à venir!

Voir le profil »

Add new comment